Larmes de Lycurgue
Installation à entretenir, 2015
(Choux dans différents états, clous, épingles, glycérine, mousse florale, courges, greffon mort de mûrier pleureur, fil métallique, vernis, colorants, bois)
420x310x278 cm
Crédit photos : Cecilia Philippe & IAM

« …C'est donc le chou qu'elle choisit pour cette exposition, et plus particulièrement le chou de Milan, légume domestiqué à la fois pommé et frisé, dont la tige atrophiée permet aux feuilles de s'imbriquer étroitement. L'artiste adopte presque une démarche naturaliste : elle dissèque le légume, en étudie les qualités formelles, expérimente ses différents états. L'exposition peut ainsi se lire comme un laboratoire où, plutôt que le protocole rationnel, l'intuition prévaut, doublée d'un émerveillement fondamental devant l'expressivité biologique, ce que le zoologue Adolf Portmann nomme le « spectacle des formes vivantes », « leur richesse morphologique »… » Eva Prouteau, texte de l'exposition Larmes de Lycurgue, Les ateliers vortex, Dijon, 2015. Eva Prouteau, extrait du texte de l’exposition Larmes de Lycurgue, Les ateliers vortex, Dijon, 2015.